Alain Hogue
photographe
Une démarche.... toute naturelle !

C'est toujours embêtant d'essayer d'expliquer qui l'on est et ce qui nous pousse à faire ce que l'on fait. D'ailleurs, quand je pense mon cheminement, je m'aperçois que mon histoire est plutôt banale. Comme la plupart des photographes de la nature, je suis un autodidacte, j'aime les animaux depuis l'enfance, etc. Mais bon, vous ne m'en voudrez sûrement pas si je vous prive de ce genre d'informations ! J'aimerais plutôt partager avec vous ma vision de la photographie de la nature et en quoi mon approche peut différer de celle des autres.

Pourquoi photographier la nature

Pourquoi pas! Certains travaillent dans un bureau, d'autres construisent des maisons, moi je photographie la nature. Originale et diversifiée, la photographie de la nature est l'une des rares spécialités qui allient à la fois sens artistique, technologie, effort physique et ingéniosité. C'est vraiment un métier passionnant !

À première vue, l'on pourrait penser que la photographie de la nature est une activité noble et raffinée. Mais ce n'est pas toujours le cas ! Photographier des animaux nous ramène parfois vers nos instincts les plus primaires. La recherche d'une proie à se mettre sous la dent (de son appareil-photo), l'usage de la ruse et de la stratégie, l'approche sournoise (affût), la mise mort (clic), puis finalement l'exhibition de la capture à la tribu (publication). N'est-ce pas là toute une gamme de comportements dignes des plus féroces prédateurs ?

Une approche différente

Il y a beaucoup d'excellents photographes de la nature et se démarquer n'est pas une mince affaire. Au fil du temps j'ai donc tenté de développer un style bien à moi, une façon originale de capter des images.

La distance

Prenons l'exemple de la photographie animale. Les animaux sont souvent petits ou craintifs. Les approcher suffisamment devient alors l'une des principales difficultés. Au lieu de toujours recourir de puissants téléobjectifs, j'ai préfré investir dans le temps! Du temps développer des techniques d'approche, du temps à attendre patiemment dissimulé dans un affût, du temps à lire pour mieux comprendre les moeurs des animaux. Ce fut une excellente décision car l'expérience du terrain m'a prouvé à maintes reprises que l'éloignement du sujet pouvait diminuer la qualité des images. J'ai aussi découvert que la proximité avec son sujet pouvait avoir d'autres effets bénéfiques insouponnés. Lorsqu'on est près d'un animal, l'interaction n'est pas la même. Les mimiques et les comportements sont plus variés, plus vivants. Le sujet paraît tantôt inquiet, tantôt curieux, parfois même intrigué. Sans compter qu'en étant plus près, il est beaucoup plus facile d'anticiper les mouvements.

Évidemment, il vaut mieux photographier les animaux avec de puissants objectifs plutôt que de les perturber faute de méthodes, de temps et de préparation adéquate. Mais lorsque l'on parvient à maîtriser les techniques d'approche, rien ne vaut l'intimité avec son sujet. On est à sa hauteur, tout près, dans son univers. À mon avis, c'est la seule vraie façon de capter une authentique parcelle de la vie animale.


Sortir des sentiers battus

Un second aspect qui distingue ma pratique photographique se résume en une phrase : sortir des sentiers battus ! Je sais que cela peut sembler un peu fou de porter sur des kilomètres de lourds équipements vers des endroits reculés alors qu'il y a de nombreux endroits accessibles où les animaux sont habitués à la proximité des humains. Mais comme toute chose dans la vie, il y a un prix à payer pour emprunter la voie de la facilité. Plusieurs espèces animales ne fréquentent pas les parcs aménagés. Bon nombre d'espèces ne vivent que dans certaines régions hostiles et éloignées. Or se rendre dans ces endroits représente autant d'occasions de se surpasser et de réaliser des images indites! N'est-ce pas là l'objectif ultime pour un photographe ?




Beaucoup reste à faire

Je dis souvent à la blague que ma meilleure photo sera la prochaine ! C'est un peu ma façon de dire que beaucoup reste à faire ! La nature est d'une immense diversité et tant de choses n'ont pas encore été documentées. Et puis il y a ce sentiment d'urgence ! L'urgence de montrer la beauté des habitats et des animaux sauvages avant qu'ils ne disparaissent. L'urgence de sensibiliser les humains à l'importance de protéger la nature encore intacte. L'urgence de convaincre les décideurs d'agir pour conserver ce qui est irremplaçable. En pareilles circonstances, les photographes ont le devoir de montrer les splendeurs de la nature, mais à condition bien sûr de le faire dans le respect de l'environnement, des animaux et de leurs habitats.